L'histoire du Château de Crain

La famille Fougère,
propriétaire depuis 1936

Michel Fougère et Marie-Cécile sont actuellement les responsables de l’exploitation viticole du Château de Crain.

Ils sont secondés par Annie, l’épouse de Michel et Pierre-Antoine, le fils de Marie-Cécile. Michel et Annie sont en charge de la gestion du domaine alors que Marie-Cécile et Pierre-Antoine sont en charge du vignoble.

 

Michel et Annie Fougère

Ingénieur Agronome de Paris-Grignon

 

Marie-Cécile Fougère

Docteur d'Etat en Pharmacie, clinique Des-Dame-Du-Calvaire

 

Pierre-Antoine Coperet Fougère

Ingénieur Agronome, Ecole d’Ingenieurs de Purpan

L'histoire du Château
de Crain

XIIIe siècle

Les origines

Le nom de Crain apparaît pour la première fois en 1290, lors d'une transaction que passèrent les moines de l'abbaye de la Sauve-Majeure, à propos du moulin à blé de Crain.

Ce moulin n'est aujourd'hui plus qu'un bâtiment en ruine situé au pied du Château de Crain, au confluent des deux cours d'eau canalisés par des douves qui entourent le château sur son promontoire naturel.

XVe et XVIe siècle

Familles Ségur et Mellet

A Bertrand de Ségur succédèrent son fils Jean de Ségur, puis Bertrand de Ségur, qui vivait encore en 1458, puis Eymeric de Ségur et Gaston de Ségur qui en 1518 était dit co-Seigneur de Crain et de Francs. Les traces de la famille de Ségur se perdent alors, et en 1536, Crain est détenu par Louis de Mellet, seigneur de Rochemores et par sa femme Guyonne de Chassaignes.

XIXe siècle

Familles Darieux et Seignan

Lorsque les troubles révolutionnaires furent complètement apaisés, Bernard Brice Darieux, notaire à Bordeaux, acheta le château, et son héritier Germain Maurice Darieux le vendit en 1845 à Auguste Seignan, négociant à Bordeaux.

Celui ci fit remanier le château, et cette rénovation gomma la totalité ou presque des parties médiévales qui auraient pu être visibles de l'extérieur ( il ne reste qu'une tour du XIV ° siècle à l'arrière du batiment principal).

Aujourd’hui

Famille Fougère

Après les différentes successions Barbier, c'est maintenant Michel Fougère, petit-fils de Maurice Barbier, son épouse Annie et sa fille Marie-Cécile qui sont propriétaires du Château de Crain.

XIVe siècle

Familles Daylan et Ségur

Un acte de 1342 atteste cette fois-ci de l'ancienneté du Château de Crain. A cette date, en effet, le roi d'Angleterre Edouard III mande à Bernard Daylan de contraindre ses gens au charroi des matériaux de pierre et de bois nécessaires à la réparation de sa forteresse de Crain détruite en partie, située dans la prévôté d'Entre-Deux-Mers, alors sur le front des batailles franco-anglaises.

Le Château de Crain passa ensuite dans les mains de la famille de Ségur, dont les membres se firent appeler Seigneurs de Crain. Le premier fut Bertrand de Ségur en 1361.

XVIIe et XVIIIe siècle

Familles Belcier et Ducasse

Crain passa ensuite dans les mains des de Belcier, riche famille de parlementaires bordelais qui possédèrent le domaine jusqu'à la révolution, et se firent appeler de Belcier de Crain. Le dernier des- cendant, François de Belcier, fut guillotiné en 1789.

Le Château fut vendu comme bien national le 17 floréal an V. Le domaine de 279 journaux, dont 94 journaux de vignes, consistait en "un ci-devant château, avec ses chais, cuviers, granges et autres bâtiments d'exploitation, jardins, moulin à eau, métairie de Noulet, des vignes, des prairies et des terres...".

Le tout fut vendu au sieur Ducasse.

XXe siècle

Familles de Raynal, Barbier, Fougère

La fille d'Auguste Seignan, Marie Marguerite Seignan, connue sous le nom de Madame de Raynal, légua Crain à son fils Georges Urbain de Raynal. Celui-ci vendit Crain en 1936 à Maurice Barbier, champignonniste à Angoulême, qui souhaitait utiliser les anciennes carrières d'extraction de pierre de taille situées sous le château pour la culture du champignon de Paris.

Pendant la guerre, Crain servit de quartier général à l'armée allemande, et des traces de son passage sont encore visibles, comme les noms d'officiers allemands peints sur les portes d'un salon.

Après-guerre, l'activité viticole traditionnelle et la production de champignons de Paris dans les carrières employa jusqu'à 50 personnes à Crain. L'activité champignons cessa en 1981.

La mise en bouteille au Château sous l'étiquette Château de Crain débuta en 1985.

XIIIe siècle

Les origines

Le nom de Crain apparaît pour la première fois en 1290, lors d'une transaction que passèrent les moines de l'abbaye de la Sauve-Majeure, à propos du moulin à blé de Crain.

Ce moulin n'est aujourd'hui plus qu'un bâtiment en ruine situé au pied du Château de Crain, au confluent des deux cours d'eau canalisés par des douves qui entourent le château sur son promontoire naturel.

XIVe siècle

Familles Daylan et Ségur

Un acte de 1342 atteste cette fois-ci de l'ancienneté du Château de Crain. A cette date, en effet, le roi d'Angleterre Edouard III mande à Bernard Daylan de contraindre ses gens au charroi des matériaux de pierre et de bois nécessaires à la réparation de sa forteresse de Crain détruite en partie, située dans la prévôté d'Entre-Deux-Mers, alors sur le front des batailles franco-anglaises.

Le Château de Crain passa ensuite dans les mains de la famille de Ségur, dont les membres se firent appeler Seigneurs de Crain. Le premier fut Bertrand de Ségur en 1361.

XVe et XVIe siècle

Familles Ségur et Mellet

A Bertrand de Ségur succédèrent son fils Jean de Ségur, puis Bertrand de Ségur, qui vivait encore en 1458, puis Eymeric de Ségur et Gaston de Ségur qui en 1518 était dit co-Seigneur de Crain et de Francs. Les traces de la famille de Ségur se perdent alors, et en 1536, Crain est détenu par Louis de Mellet, seigneur de Rochemores et par sa femme Guyonne de Chassaignes.

XVIIe et XVIIIe siècle

Familles Belcier et Ducasse

Crain passa ensuite dans les mains des de Belcier, riche famille de parlementaires bordelais qui possédèrent le domaine jusqu'à la révolution, et se firent appeler de Belcier de Crain. Le dernier des- cendant, François de Belcier, fut guillotiné en 1789.

Le Château fut vendu comme bien national le 17 floréal an V. Le domaine de 279 journaux, dont 94 journaux de vignes, consistait en "un ci-devant château, avec ses chais, cuviers, granges et autres bâtiments d'exploitation, jardins, moulin à eau, métairie de Noulet, des vignes, des prairies et des terres...".

Le tout fut vendu au sieur Ducasse.

XIXe siècle

Familles Darieux et Seignan

Lorsque les troubles révolutionnaires furent complètement apaisés, Bernard Brice Darieux, notaire à Bordeaux, acheta le château, et son héritier Germain Maurice Darieux le vendit en 1845 à Auguste Seignan, négociant à Bordeaux.

Celui ci fit remanier le château, et cette rénovation gomma la totalité ou presque des parties médiévales qui auraient pu être visibles de l'extérieur ( il ne reste qu'une tour du XIV ° siècle à l'arrière du batiment principal).

XXe siècle

Familles de Raynal, Barbier, Fougère

La fille d'Auguste Seignan, Marie Marguerite Seignan, connue sous le nom de Madame de Raynal, légua Crain à son fils Georges Urbain de Raynal. Celui-ci vendit Crain en 1936 à Maurice Barbier, champignonniste à Angoulême, qui souhaitait utiliser les anciennes carrières d'extraction de pierre de taille situées sous le château pour la culture du champignon de Paris.

Pendant la guerre, Crain servit de quartier général à l'armée allemande, et des traces de son passage sont encore visibles, comme les noms d'officiers allemands peints sur les portes d'un salon.

Après-guerre, l'activité viticole traditionnelle et la production de champignons de Paris dans les carrières employa jusqu'à 50 personnes à Crain. L'activité champignons cessa en 1981.

La mise en bouteille au Château sous l'étiquette Château de Crain débuta en 1985.

Aujourd’hui

Famille Fougère

Après les différentes successions Barbier, c'est maintenant Michel Fougère, petit-fils de Maurice Barbier, son épouse Annie et sa fille Marie-Cécile qui sont propriétaires du Château de Crain.

Famille Fougère